VISION PSYCHIQUE & VISION INTERIEURE

1 – développement de la vision intérieure

Bien que pouvoir accéder à la vision psychique soit un processus initiatique, elle reste cependant une faculté présente en chacun de nous. Nous devons en prendre conscience car cette capacité, encore inconnue, dépasse l’entendement. L’organe de vue intérieure nous a été donné et s’est inscrit en chacun de nous. Cette étape initiatique est la première à franchir, aucune ne pouvant se faire avant celle-ci. Logique ! En apprenant à voir ces mondes encore invisibles, nous serons alors bien obligés d’accepter l’évidence de leur existence. Nous pourrons mieux comprendre leur fonctionnement et remplacer la foi par des certitudes. Aujourd’hui, beaucoup de nos connaissances reposent sur d’intimes convictions et découlent essentiellement de l’intuition et de raisonnements logiques développés graduellement.


Franchie cette étape importante, nous avons alors des certitudes. Cette merveilleuse lumière que nous recevons est la conséquence de l’unité qui ouvre les portes de la compréhension instinctive. La vision intérieure est le plus important des développements, car le logo solaire doit entraîner les êtres supérieurs de la hiérarchie occupant les mondes invisibles à posséder la vision humaine.


Comment comprendre ces propos ? Les maîtres de lumière n’ont aucune expérience de la vie matérielle que nous vivons, humains, de même que nous n’avons aucune expérience consciente de la vie sur le plan spirituel. Les êtes ascensionnés ( les humains qui ont passé la sixième initiation ) transmettent sur les plans supérieurs leurs expériences en les imprégnant de leurs vibrations. C’est ainsi que peuvent et doivent se rejoindre les plans d’énergies supérieurs et inférieurs, la fusion de l’esprit et de la matière. Les membres de la hiérarchie, dont nous ferons partie dans un futur très lointain, aurons la perception universelle. Nous serons appelés à voir la lumière des plans supérieurs, une lumière éclatante émise par le rayonnement des êtres qui ont franchit le seuil de la spiritualité.

A ce niveau là, leurs enveloppes énergétiques auront fusionné au sein de l’âme pour retourner à la source, c’est à dire l’unité. Les âmes ayant atteint cette dernière initiation en que personnalité, devront encore franchir d’autres portes afin d’entrer dans le monde spirituel, en fusionnant entre elles. La conscience universelle cosmique est donc le fruit de la fusion de toutes les âmes qui sont sur le chemin de l’évolution. Elles formeront un ensemble conscient de l’existence du tout avec les êtres de lumière. Nous pouvons comparer ce principe à celui d’un simple atome composé d’un noyau entouré d’électrons (les êtres humains issus des plans supérieurs) alors que le noyau rassemble la conscience de l’ensemble ces derniers, c’est là que siège la conscience universelle à laquelle nous appartenons. Le travail de cette conscience universelle n’est pas pour autant terminée, car elle doit rejoindre l’île centrale ou siège notre divinité.

En tant qu’humain, notre niveau d’évolution nous limite à ne voir que la forme extérieure des éléments existants autour de nous. L’importance de la vision intérieure est radicalement opposée à ce principe. Voir successivement nos différentes enveloppes nous fera enfin découvrir la lumière de notre étincelle divine, la source de vie. Cette étincelle divine doit absorber progressivement l’énergie contenue au sein de chaque afin que chacune d’entre elle puisse nous transformer en un être de lumière. Lorsqu’un individu avance sur le sentier de l’initiation, sa vision intérieure ouvre sa conscience qui perçoit progressivement la lumière de son âme. Il peut aussi entrer en contact avec les véritables valeurs qui sont en lui : l’amour, la sagesse et la connaissance, cet héritage exceptionnel qui sommeille dans chaque être.

Cette lumière, qui brille en chacun de nous et qui est reconnue par son éclat, nous l’appelons charisme ou encore rayonnement. Plus la qualité des éléments qui constituent nos enveloppes est raffinée, plus vif et intense apparaîtra l’éclat de la lumière intérieure. La purification des enveloppes, par les processus d’épurations, prend là toute son importance afin que la matière atomique puisse prédominer. La lumière est avant tout de l’énergie, mais également une vibration ainsi qu’une couleur, cet ensemble de paramètres se différencie selon la pureté du ton et la clarté de la couleur qui en découle.

Si vous vous reportez aux structures de l’atome, le proton contenu dans le noyau représente l’aspect Père/Mère alors que les électrons représentent la forme. Il est important de comprendre ce qui permet à notre corps de devenir lumière. La charge des éléments constituant le noyau (l’aspect divin) augmente progressivement lors de notre évolution (les protons), ce qui lui permet d’attirer les électrons. Chaque noyau atomique peut ainsi rayonner pleinement au fur et à mesure que les électrons sont appelés à fusionner avec le noyau.  C’est ainsi que nous parvenons à acquérir  la maîtrise parfait du monde de la forme en étant conscient de la réalité des mondes qui nous entourent. Il ne faut pas oublier que notre corps comprend cent mille milliards de cellules, chacune d’entre elles renfermant mille milliards d’atomes. Nous pouvons mieux comprendre ce que représente un corps ou un être de lumière.

Vision intérieure et visualisation

La vision intérieure est un phénomène très particulier que peu de personnes acceptent ou reconnaissent et beaucoup confondent vision intérieure et visualisation.


La visualisation est aujourd’hui une technique bien connue et utilisée couramment par un grand de thérapeutes, bien que discutable quant à la façon dont elle est comprise. La visualisation est simplement une projection d’images issues du mental qui dans ce cas est déviant. Ces images sont construites uniquement par nos désirs ou nos besoins, alors que la vision intérieure fait appel à la neutralisation du mental qui ouvre la porte de notre chemin de vie où tout est déjà inscrit.

De même que sur le plan physique que nous voyons parfaitement bien notre environnement sans nous poser de question sur la réalité de l’existence des objets qui nous entourent, de même les images que nous sommes capables de voir sur le plan astral répondent aux mêmes principes.

La faculté de voir notre enveloppe astrale devient une évidence, car à ce niveau, la forme de tous les organes et les multitudes de nadis qui les entourent sont nettement apparents. Bien que semblables au corps de matière, les fonctions de l’enveloppe astrale sont malgré tout extrêmement plus subtiles et complexent par leurs interactions.

Sur le plan mental, situé au-dessus du mental inférieur est en relation avec le troisième œil. Nous pouvons définir le troisième œil comme étant la résultante de la fusion des énergies entre la glande hypophyse et a glande pinéale dont les lumières de chacune entrent en contact. L’étudiant devient alors conscient de sa personnalité qui évolue sur le plan mental. La lumière de la glande hypophyse manifestée par le centre frontal porteur de la connaissance, dot en finalité fusionner avec la lumière de la glande pinéal, le centre coronal issue de l’âme qui manifeste l’amour et la sagesse.

Il faut bien retenir de ce principe l’importance de la loi de l’attraction qui tend à reconstituer l’unité de toutes les structures que comprennent nos enveloppes, aussi bien sur le plan physique que sur les plans énergétiques, et cela, au fur et à mesure que nous avançons sur le sentier de l’évolution.

Sue le plan mental nous retrouvons l’ensemble de notre personnalité qui se concentre à l’intérieur d’un centre unique se situant sur l’axe central, le mental.

C’est ainsi que nous participons à l’intégration des éléments structurels de matière physiques, astrales et mentales au sein de notre personnalité pour qu’en finalité nous puissions intégrer jusqu’à la source première, c’est à dire notre Dieu. L’espace régnant entre l’esprit et la matière doit fusionner en un seul plan, par l’absorption de l’un dans l’autre. Cette fusion permettra à notre Dieu de s’enrichir par les expériences de chaque être existant dans l’espace cosmique.

l’unité du tout ne se fera que par la fusion de l’esprit Saint et de la matière dont nous faisons partie. Elle nous entrainera également à retrouver notre véritable source, celle d’où nous sommes tous issus. Lorsque l’enseignement chrétien parle de la résurrection de la chaire, c’est bien de cela dont il est question, mais il faut comprendre par là que nos corps énergétiques composés de différentes structures subatomiques intégreront le tout pour que nous devenions des êtres divins de lumière. Nous serons alors constitués d’un corps de chaire dont la matière aura été sublimée et glorifiée. Là seulement nous accéderons aux mondes de la spiritualité.

2 – Voir nos différentes enveloppes et leurs structures cristallines

Comment imaginer quelque chose d’absolument inconnu, dont on ignore l’existence ?
Comment imaginer des mondes inconcevables dans l’esprit des hommes, des mondes pourtant décrits dans certains enseignements comme une beauté indescriptible ?
Il est évident que ces propos rassurants ne peuvent toucher que ceux qui ont la foi. “Bien heureux ceux qui ont cru et qui n’ont pas vu”
Lorsque les hommes atteindront la vision intérieure et celle des mondes invisibles, la foi sera remplacée par des convictions et des certitudes. Il est vrai aujourd’hui que les personnes soupçonnées d’avoir accès à cette vision intérieure sont fréquemment considérées comme des illuminés, comme des naïf, débordant d’imagination. Et pourtant ! Nous serons tous appelés un jour à découvrir cette réalité qui de nos jours relève toujours plus de la fiction que de la réalité ; à la décharge des accusateurs, aucune données scientifique n’a pu encore démontrer l’existence d’autres formes de mondes et de vies ailleurs que sur notre terre. Le jour viendra où chacun pourra se transporter d’un plan énergétique à un autre, avec une aisance telle que nous ne pouvons l’imaginer.

Des astrophysiciens très sérieux et respectés dans le milieu scientifique, ont démontré l’existence de monde parallèles. Cette publication, bien peu médiatisée, permettra sans doute d’amorcer une nouvelle orientation pleine de promesses dans le domaine de la recherche. L’être humain traverse sans cesse d’autres dimensions d’une manière alternative et extrêmement rapide , sans qu’il en prenne conscience. Ce fait que nous pouvons démontrer aujourd’hui, se réfère aux études que développe la physique quantique, qui ne fait toujours pas, cependant, écho dans le milieu de la physique des particules. C’est en fait notre conscience qui navigue entre les vibrations les plus subtiles et celles qui appartiennent aux plus basses.

Quant à notre niveau d’évolution, seul notre mental appartenant aux basses vibrations de la matière peut décoder leurs fréquences. Bien que notre mental soit en permanence relié aux mondes supérieurs, nous en sommes cependant coupés. Ce constat explique fort bien que nous soyons encore coupés de cette faculté extraordinaire d’accéder à un niveau mental qui nous permettait de prendre conscience de l’existence des autres mondes encore invisibles.

Que penserait-on de vous si vous décriviez ce que vous voyez : un spectacle d’une beauté à couper le souffle, que vous seul pouvez d”écrire ?
Comment exprimer l’émotion ressentie dans ce genre d’expérience ?
Ceux qui ont la chance d’accéder à la vision des mondes invisibles témoignent tous de cette beauté incomparable ! Tout y est douceur, amour et paix. Rien de comparable avec notre monde dont la charge d’informations indésirables et handicapantes est extrêmement lourde à porter pour notre évolution spirituelle. Si nous sommes admiratifs et contemplatifs devant une nature qui nous offre de merveilleux spectacles, imaginez les mêmes décors avec une luminosité encore plus rayonnante et des couleurs encore plus intenses, indescriptibles par leur beauté. Ajoutez à cela la douceur incomparable du milieu ambiant et la légèreté de notre enveloppe énergétique servant de véhicule. Elle se déplace effectivement sans que nous ayons besoin de marcher, seule la pensée en étant le moteur. Elle n’a nullement besoin de nourriture telle que nous la concevons. Lorsque nous sommes dans la troisième dimension il nous semble vivre un rêve, dans la quatrième dimension c’est bien une réalité. Tout cela est inconcevable pour nous humains.

Lorsque nous sommes dans la troisième dimension, nous voyons bien notre corps physique avec nos yeux, le monde qui nous entoure avec ses couleurs et ses formes telles que notre cerveau décode les informations reçues.

Les 4 sous-plans éthériques

Quant aux quatre différents plans éthériques, qui se rattachent rappelons-le au monde physique, ils nous apparaissent avec des couleurs grisâtres, assez foncées au niveau du premier plan puis en s’éclaircissant au niveau du quatrième plan.

1ère structure éthérique ou plan éthérique

Au niveau de la première structure éthérique, en partant du bas, seuls les os apparaissent, leur couleur étant d’un gris légèrement foncé alors que l’intérieur du corps est totalement noir.

 

2ème plan éthérique

Le deuxième plan éthérique semble identique au premier. Cependant on peut observer une petite différence au niveau de l’intérieur de corps et des os qui deviennent légèrement plus clairs.

 

3ème plan éthérique

Le troisième plan éthérique montre des os d’un gris légèrement argenté, alors que l’intérieur du corps devient gris assez clair, laissant deviner des organes dont les formes de couleurs foncées restent encore diffuses.

4ème plan éthérique

Lorsque nous entrons dans le quatrième plan éthérique du corps humain, tout apparaît d’une couleur gris clair, les os sont très argentés, les organes ont des formes bien tracées d’une couleur assez claire également. Les os ayant une structure atomiques assez denses et moins informées par rapport à celles des organes, il est logique que nous puissions les voir plus clairement. Toujours sur ce plan énergétique, on commence à apercevoir les nadis dont parlent les médecins acuponcteurs. Les nadis suivent en fait les filets nerveux du corps physique, leur nombre est très important et ce sont eux qui véhiculent le prana. Cette circulation pranique au sein de l’enveloppe éthérique peut être visible par sa couleur blanchâtre, selon les individus et leur développement spirituel. Ces nadis sont des filets extrêmement fins qui forment une sorte de pelote enroulée sur elle même (nous sommes un brin de l’ADN divine) à l’intérieur du corps éthérique, chaque croisement de ces nadis étant marqué par un point (les points d’acupuncture).

Partant du sommet du crâne (la grande fontanelle), pour aboutir à la base de la colonne vertébrale, le prana circule tout en sillonnant et en traversant chaque enveloppe du corps éthérique. Sa circulation s’effectue en partant du haut du crâne pour circuler jusqu’en bas en remontant en sens inverse jusqu’en haut en formant un huit dont le croisement se produit au niveau du thymus, le siège de l’âme. A ce niveau d’énergie, les premiers centres (chakras) apparaissent avec des couleurs spécifiques, c’est à dire, le centre racine légèrement rouge, les gonades d’un rouge mélangé d’une couleur orangée.

Les 7 sous-plans astraux

1er plan astral astral

En s’élevant sur le plan supérieur, c’est à dire au niveau du premier plan astral, on découvre l’enveloppe avec la forme des organes nettement tracés sur un fond jaune pâle. Selon la densité des organes, cette couleur jaune pâle devient plus foncée ou plus claire, alors que les nadis apparaissent faiblement avec une couleur d’un jaune encore plus clair. On voit nettement le chakra du plexus solaire teinté d’un jaune dominant légèrement voilé d’une couleur verte. On remarque également la couleur des centres éthériques (le plan éthérique inférieur) avec ses couleurs originelles décrites précédemment mais d’un flou légèrement grisé.

2ème et 3ème sous-plan astral

Il y a peu de variante entre le premier plan et le troisième plan astral, seules les couleurs changent pour se transformer nettement en vert alors que les nadis sont tracés plus nettement par leur brillance.

4ème plan sous-astral

Au niveau du quatrième plan astral, les images deviennent extrêmement précises. Un mélange de vert et bleu vert crée un fond d’écran laissant apparaître les organes qui commencent à devenir rayonnants. On remarque également la présence des trois canaux dans l’axe central de la colonne vertébrale, Ida, Shushumna et Pingala qui ressortent par leur argentée et brillante. Notons que ces trois canaux existent sur tous les plans énergétiques, seules les couleurs varient.

5ème, 6ème et 7ème sous-plan astral

En restant sur le quatrième sous-plan astral, qui se différencie peu des cinquième, sixième et septième sous-plans, seulement par des détails subtils. Chaque organe est nettement visible et comprend une multitude de sous-centres qui remplissent un rôle important puisque ce sont eux qui stockent les informations issues des plans inférieurs. la vibration de ces centres devient donc nettement visible alors que sur les plans inférieurs leur luminosité n’est guère apparente. Tous ces sous-centres énergétiques renferment donc une importante quantité d’informations devant être canalisées sur les plans inférieurs et supérieurs, selon un ordre hiérarchique bien précis. Il faut se rappeler que chaque cellule est activée par une seule séquence que comprend l’ensemble du code génétique qu’elle renferme. Cette seule séquence trouve uniquement ses racines dans un centre qui gère une multitude d’autres cellules, lui-même étant sous la direction d’un centre supérieur, etc.

la symbolique de la pyramide, souvent représentée, exprime fort bien par sa base, l’opposition entre les polarités que l’on retrouve unies au sommet en un seul point. Au fur et à mesure que les éléments montent sur les plans supérieurs, tous tendent à se rassembler pour former une unité. La progression ascensionnelle des éléments ne peut s’effectuer uniquement que par l’intégration de nouvelles informations. Ces plans énergétiques intermédiaires sont donc déterminés par un processus hiérarchique. Cette hiérarchie au niveau énergétique n’est pas définie par un pouvoir quelconque, mais par l’évolution des éléments structurels qui composent ces différents plans. Ce sont les hommes qui, par leur passages durant leurs séjours sur le plan astral et mental, informent ces plans énergétiques afin de constituer un ensemble vibratoire harmonieux qui doit tendre à l’unité. Lorsque la conscience de la personnalité de chacun a atteint un niveau d’évolution suffisamment avancé, elle se regroupe dans un ensemble collectif pour constituer une nouvelle enveloppe énergétique dont les structures seront définies par le plan concerné. Plus les consciences sont pures, plus elles s’entourent d’éléments structurels purs. Elles forment ainsi des êtres de lumière rassemblant un ensemble de différents personnalités qui ont les mêmes affinités.

Les 7 sous-plans mentaux

1er sous-plan mental

Nous arrivons maintenant au premier sous-plan mental. En partant des plans inférieurs, la forme des organes disparaît progressivement. Seul les sous centres énergétiques sont nettement visible ; ils rassemblent en leurs centres toutes les informations issues des plans inférieurs. Tous les nadis qui se dégagent de la colonne vertébrale et qui sont issus des trois axes centraux sont nettement visibles.

2ème sous-plan mental

 

Sur le deuxième sous-plan mental apparaissent toujours les trois canaux positionnés verticalement, l’aspect positif et négatif, tous deux porteurs des deux structures du plan mental avec son aspect neutre, Shushumna.

3ème sous-plan mental

 

Puis, au niveau du troisième sous-plan mental, les deux canaux, Ida et Pingala, se connectent à Shushumna, qui occupe la structure centrale de ce plan énergétique.

4ème sous-plan mental

Ensuite, toujours en montant sur les plans supérieurs, nous arrivons au quatrième plan mental. Là se construisent sur les deux canaux, l’un positif, l’autre négatif, toutes les structures embryonnaires qui constitueront les organes sur le plan astral. Les trois canaux positionnés verticalement apparaissent toujours nettement.Ils traversent intégralement l’enveloppe mentale pour se relier au centre mère mental ; on peut d’ailleurs voir un centre très lumineux qui renferme toute les mémoires de nos structures mentales. Toujours au niveau du quatrième sous plan mental apparaissent les structures énergétiques sous la forme de fils, ou nadis, extrêmement fins et lumineux. Cependant, les centres, comme les sous-centres, brillent par la multitude de cristaux que renferment les mémoires.

5ème et 6ème sous-plan mental

Au niveau du cinquième  et sixième sous-plan mental, on remarque nettement le début de la formation des structures organiques sur les deux canaux, l’un positif et l’autre négatif.

7ème sous-plan mental

Sur le septième sous-plan mental, seul le canal central est présent, Shushumna, l’aspect neutre ou divin. Il apparaît, avec sa base, les gonades reliées à la terre. Ce canal est évidement présent sur tous les plans et les sous-plans énergétiques car il assure en permanence l’équilibre des polarités lorsque les conditions sont respectées. L’âme, qui est situé bien au delà de notre personnalité, projette son rayonnement à ce niveau d’un éclat lumineux jusqu’au thymus, une glande située sur le plan physique. Nous pouvons remarquer qu’au niveau du septième plan  mental, plus aucun organe existe. Nous voyons uniquement une bulle violacée claire est lumineuse, à l’intérieur de laquelle est positionné un noyau sur l’axe central de Shushumna, le centre Père/Mère du plan mental. En bas de cet axe on voit les gonades briller faiblement.

On remarque que l’on atteint le dernier sous-plan mental, les formes organiques disparaissent, alors qu’en descendant au niveau de la matière, les formes réelles des organes apparaissent progressivement, avec précision, jusqu’au niveau physique.

En résumé

En résumé, les structures qui forment nos enveloppes énergétiques commencent à se définir sur les premiers sous-plans éthériques pour s’affiner ensuite avec précision sur les sous-plans des enveloppes astrales. Quant au niveau du plan mental, les formes disparaissent pour laisser place aux centres énergétiques majeurs qui déversent indirectement leurs informations jusqu’au niveau des centres des plans inférieurs.

Avec l’expérience, qui ne peut s’acquérir que par le travail personnel et régulier, nous pouvons observer l’intérieur de nos structures mentales, en particulier le centre maître qui contient toutes les informations de notre génétique associées à notre étincelle divine qui se situe au centre. Elle épouse d’ailleurs la forme d’un magnifique cristal, très lumineux. Au sein de ce centre maître mental, on remarque fort bien cette boule de lumière qui contient des centaines de milliards de microparticules lumineuses, chacune d’entre elles remplissant une fonction bien définie. Nous retrouvons en effet, comme à l’intérieur de chaque cellule, une sorte de pelote enroulée sur elle-même contenant la totalité de notre système génétique au complet, avec toutes les informations dont nous sommes porteurs.

Sur le plan mental, lorsque nous observons les structures qui forment nos mémoires, nous entrons dans un monde cristallin, d’une grande beauté par ses couleurs et ses formes. Comme il a été déjà expliqué, et selon un ordre bien défini, les centres et sous-centres se subdivisent progressivement au niveau des sous-plans  inférieurs de ce plan et chacun d’entre eux contient des parcelles d’information qui vont se diviser encore et encore, au fur et à mesure de la descente dans la matière.

Entrons maintenant dans l’un des ces centres.

Extérieurement on peut voir très nettement un cercle lumineux se découpant sur un fond de couleurs qui varient selon l’ordre des plans et sous-plans. En s’approchant de ce cercle on remarque immédiatement une multitude de petits points brillants qui semblent tourner autour d’un noyau central. Lorsque l’on s’approche encore, on peut voir une infinité de fils extrêmement fins qui relient ces points lumineux entre eux. En fixant et en s’approchant encore de ces points lumineux, on découvre alors que ces points lumineux sont des cristaux de différentes couleurs, passant du rouge à l’indigo. cette multitude de cristaux se sont constitués par l’intégration de couches successives d’autres cristaux porteurs de germe Père/Mère. En effet, une pensée, un acte, une intention comme une parole, construisent des mémoires qui s’enregistrent en formant des cristaux. Chacun de ces cristaux correspond à une fréquence vibratoire ; ils correspondent tous à un sous-centre énergétique qui a des affinité avec ces mémoires. “Ne dit-on pas, qui se ressemble, s’assemble”.

Les microprocesseurs de nos ordinateurs qui rassemblent une très grande quantité de mémoire, ne sont-ils pas constitués de cristaux ? Chaque cristal a donc sa fonction et son rôle à remplir dans un ensemble très complexe. Plus nous sommes proche des niveaux physique, plus ces fonctions sont dissociées et individualisée, devenant malgré tout interdépendantes les unes des autres.

La hiérarchie structurelle des centres de mémoires ainsi que des sous-centres, correspond effectivement à un ordre qui tend à rassembler jusqu’à l’unification du tout dans le tout, le principe de l’évolution reposant sur cette loi.

En savoir plus sur Daniel NANJOD